AccueilPortail*GalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sommes nous si différents ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zim57
Moderators
Moderators


Masculin
Nombre de messages : 1274
Age : 73
Localisation : St.A (F)
Date d'inscription : 08/11/2008

MessageSujet: Sommes nous si différents ?   Lun 11 Mai - 6:00

En y réfléchissant, j'ai fait un parallèle entre les:
Femmes - Hommes et enfants de l' Algérie et de ma région très spécifique; l' Alsace Moselle. (mentalité à part, tirée en grande partie des ballotements de l' Histoire)

Pour ce qui est de l' Histoire de l' Algérie vous êtes certainement plus compétent que moi, qui essaye juste de m' instruire un peu et partager les idées et opinions.

Je vais donc vous parler un peu de ma "Province" pour mettre en lumière;
soit, nos différences, soit éventuellement nos points communs.

***************************


L'Alsace et une partie de la Lorraine deviendront allemandes après la capitulation française de 1870. La partie de la Lorraine annexée avec l'Alsace par l'Empire allemand est constituée par l'actuel département de la Moselle. Ce n'est qu' à partir du traité de Francfort (10 mai 1871) qui divise la Lorraine que l'on parlera de la "Terre Impériale" d' Alsace-Lorraine (Reichsland Elsaß-Lothringen).

Le 10 mai 1871, le traité de Francfort confirme donc l'annexion de l'Alsace-Lorraine par les Allemands et donne aux Alsaciens-Lorrains jusqu'au 31 octobre 1872 pour se prononcer en faveur de leur citoyenneté française et quitter le pays. Passé ce délai, ils deviendront des Allemands. Environ 159.000 Alsaciens-Lorrains ont alors opté pour la nationalité française. Ils sont plus de 50.000 à abandonner leur maison et leurs amis. Mais nombreux sont ceux qui sont restés et qui protesteront contre leur incorporation sans leur consentement à l'Empire allemand.




La nouvelle province devenue allemande est divisée administrativement en trois régions: la Lorraine (Lothringen), la Haute-Alsace (Oberelsasz) et la Basse-Alsace (Unterelsasz). Ces trois régions deviendront respectivement les départements de la Moselle, du Haut-Rhin et du Bas-Rhin à leur restitution à la France en 1918. Le rattachement de l'Alsace-Lorraine à l'Empire allemand donnera à cette région des institutions empruntées au système allemand, conservées du système français, ou souvent nouvelles. Le droit local, auquel les Alsaciens sont très attachés et qui concerne des domaines aussi variés que le notariat, le régime foncier, les assurances sociales, les cultes et l'enseignement primaire, la chasse, le régime des tutelles, les associations, sera conservé lors du retour à la France après 1918, et même après 1945.

Pendant la première guerre mondiale, environ 250.000 Alsaciens-Lorrains seront mobilisés dans l'armée allemande, mais 17.000 engagés volontaires rejoindront les troupes françaises et seront ensuite suivis par de nombreux déserteurs. Après novembre 1918, le retour à la France ne se passe pas sans difficultés: expulsion d'environ 110.000 habitants d'origine ou partiellement d'origine allemande, maladresses de l'administration qui exacerbent les passions autonomistes.

[center]*********************************************************


Alsaciens-Lorrains à Paris et en Algérie

Dans les années 1870, la germanisation de l'Alsace et de la Lorraine du nord (aujourd'hui le département de la Moselle) entraîne plusieurs dizaines de milliers d'habitants à quitter leur terre natale pour se réfugier en France. De nombreux Mosellans s'installent dans le département limitrophe de la Meurthe, qui prend alors le nom de Meurthe-et-Moselle.

10.000 à 12.000 Alsaciens-Lorrains sont installés comme colons en Algérie tandis que d'autres refont leur vie à Paris. Les célèbres brasseries alsaciennes qui ceinturent aujourd'hui la capitale perpétuent leur souvenir et leur nom : Lipp, Bofinger, Wepler, Zeyer,... Le restaurant où se réunit chaque année l'académie Goncourt a aussi été fondé par un Alsacien, Charles Drouant, en 1880.

*************************************************


Un démarrage précoce dès 1871


L'année 1871 constitue l'année de l'installation du pouvoir allemand sur la terre d'Alsace. Le 9 juin est votée par le Reichstag la Loi d'Union de l'Alsace-Lorraine à l'Empire qui confie le pouvoir à l'Empereur associé au Chancelier du Reich sous le contrôle du Bundesrat. Fin août, un Président Supérieur en la personne du haut fonctionnaire prussien Moeller est nommé â la tête du Reichsland. Si les Alsaciens avaient entretenu quelques illusions sur leur avenir, en particulier sur un espoir d'autonomie du Reichsland, le "paragraphe de dictature", qui confiait au Président Supérieur les pouvoirs sur l'état de siège, les ramenait à la dure réalité.
Source Internet L'Alsace-Lorraine en 1871


Puis les Alsaciens durent se rendre à l'évidence, le régime qui s'installait et qui confiait à Bismarck la haute main sur les affaires d'Alsace était destiné à s'inscrire dans la durée.

Reprenons les souvenirs de l'universitaire Robert Redslob "Les Alsaciens, dans les premiers temps qui suivirent le Traité de Francfort, qui voyaient les Allemands s'installer dans leur pays, croyaient que cet état de choses ne serait que passager. On n'imaginait pas qu'un fait aussi monstrueux pourrait durer. .. L'annexion! On se refusait à y croire. On se figurait que l'occupation de guerre continuait simplement pour un temps...Et cela explique la résignation avec laquelle beaucoup d'Alsaciens subissaient le changement de régime."


**********************************************************



L'Alsace Lorraine a été entre 1871 et 1920 le théâtre de nombreux mouvements migratoires.
128 000 alsaciens et lorrains ont opté, avant septembre 1872, pour la nationalité française. Parmi eux, 50 000 ont quitté le IIème Reich. Jusqu'en 1914, environ 500 000 habitants (sur un total de 1 800 000) ont émigré vers la France et ses colonies, ainsi que vers l'Amérique.
En 1918, la France a pratiqué dans ses territoires "libérés" une véritable "purification ethnique" qui a conduit au départ forcé d'environ 110 000 personnes. Ceci explique pourquoi des troupes françaises ont été accueillies dans certains villages alsaciens par des francs-tireurs fin 1918.
L'Alsace Lorraine "allemande" a bénéficié des nombreuses avancées sociales du IIème Reich dont la France "de l'intérieur" n'a pu profiter qu'une quarantaine d'années plus tard avec le Front Populaire.

**********************************


Juste un exemple du choix ! (ou non choix) ?


Des feuilles de déclaration d'option sont mises à la disposition de la population des territoires annexés. Cette clause ne va pas tarder à créer un climat d'effervescence dans le nouveau Reichsland. 100 000 personnes environ quittent ainsi volontairement l'est de la France. Devant ce mouvement d'émigration, les autoritLa Herrenstrasse, actuelle rue Teyssier.és allemandes s'emploient à décourager les optants pour l'exécution des formalités. Ils ajoutent une nouvelle mention sur le formulaire fourni par l'administration, spécifiant : « Je reconnais que l'option de nationalité ne sera valable que si je fixe mon domicile en France avant le 1er octobre 1872. »

En d'autres termes, cette phrase signife qu'il faut tout abandonner pour demeurer français. Les optants de la région de Bitche doivent s'inscrire ainsi du 26 juin 1871 au 30 septembre 1872 à la sous-préfecture de Sarreguemines. Le canton de Bitche déclare ainsi 867 optants dont 110 seulement sont acceptés par les autorités allemandes.

**********************************************************


Nous avons même été "indépendant" pendant une très courte période !

République d'Alsace-Lorraine (1918-1918)
. Création 11 novembre 1918
· Dissolution 21 novembre 1918

// l'indépendance fut courte les amis...

La République d'Alsace-Lorraine fut un bref Etat indépendant comprenant l'Alsace et une partie de la Lorraine actuelle et depuis régions de la France.

Sous l'empire allemand de 1871-1918, le territoire constituait le reichsland ou la province impériale d'Alsace-Lorraine (Elsass-Lothringen). La région était alors administrée directement par le gouvernement impérial de Berlin, quelques mesures d'autonomies lui furent cependant accordées en 1911.

Après l'effondrement de l'empire allemand pendant la première Guerre mondiale en 1918, la république d'Alsace-Lorraine fut formée avec le support du président américain Woodrow Wilson.

En octobre 1918, quelques généraux allemands, conduits par Luddendorff, refusèrent d'admettre que la guerre était perdue. Ils décidèrent de tenter un baroud d'honneur en utilisant la puissante armée navale allemande, toutefois les troupes refusèrent de leur obéir.

A ce moment, environ 15 000 Alsaciens et Lorrains qui avaient été incorporés dans la marine allemande rejoignirent en partie l'insurrection, et décidèrent d'atteindre leur pays natal afin de se révolter. Le 8 novembre, la proclamation, suivant le modèle russe, de la République soviétique de Bavière (en allemand Bayerische Räterepublik ou Münchner Räterepublik) fut connue à Strasbourg, capitale de l'Alsace. Les jours suivants, des milliers de manifestants rallièrent la place Kléber, la plus importance place de Strasbourg, pour acclamer les premiers insurgés revenant du nord de l'Allemagne. Un train contrôlé par des insurgés fut bloqué sur le pont de Kehl, et un commandant loyaliste ordonna de tirer sur le train. Un insurgé fut tué, mais ses compagnons prirent le contrôle de la ville de Kehl.

Les marins insurgés établirent un conseil des soldats à Strasbourg et prirent le contrôle de la cité. Un conseil des travailleurs et soldats fut ensuite établi et présidé par le chef de l'union des brasseurs. Leur devise était : Ni Allemand ni Français ni neutre.

Onze jours plus tard, la région fut occupée et incorporée à la France. La région retournée à la France, celle-ci repartit dans le giron du système centralisé français et perdit son autonomie récemment acquise.

Le Drapeau de cette éphémère République.



***************************************************************


Et pour finir;
la période de retour à la France (1919 - 1939) (mesures suspendues et abrogées en 1939, la France, avait, guerre oblige, besoin de tout ses Piou Piou).

Le retour des départements dans le giron de la France ne s'est pas fait sans douleur ni maladresse de la part de l'administration française.

Charles Spindler évoque ces mots qu'aurait dit en 1918 à un Alsacien manifestant beaucoup d'enthousiasme, un Français « de l'intérieur » : « Vous avez été jusqu'ici mal gouvernés et bien administrés, attendez-vous désormais à être mal gouvernés et encore plus mal administrés.» La réalité devait si possible dépasser la prévision, dégradant fortement l'image de la France au sein de la population.

*********************


Une des premières mesures fut de diviser la population en quatre selon son origine : ceux qui sans l’annexion de 1871 auraient été français reçurent une carte A marquée de tricolore, ceux dont un parent était allemand, ou encore les Allemands conjoints d’Alsaciens-Lorrains, furent munis d’une carte B, les étrangers eurent droit à une carte C et les Allemands enfin reçurent la carte D. Ce tri, uniquement fondé sur les origines, ne tenait ainsi aucun compte du sentiment de l'individu, son patriotisme pouvant être totalement indépendant de ses origines. Quelqu'un eut l’idée de placer une carte B dans la main de la statue de Jean Baptiste Kléber, le grand héros alsacien : il n’aurait pas en effet mérité plus.


Dans cet état d'esprit, mon Père a réceptionné une carte B, (Puis A)
ma mère une carte C.
Et moi j'aurai certainement hérité d'une carte B.

Bien sur, les "droits étaient dégressifs de A vers C.

Les B n'ayant pas accès aux emplois réservés (Etat)
Les C soumis a restriction de circulation (en plus)
Les D soumis a autorisation de circulation au cas par cas (en plus).

Cela, ne vous dit rien,


moi, je pense de suite à l' Algérie avec des citoyens avec tous les droits.
d'autres aux droits restreints.
(j'ai vu des cartes d'identité de l'époque 1958 - 1962, surchargées d'un M pour Musulman)
sans parler de ceux sans aucun droit.

Tiens, nous avons de par le passé, des points communs !

Ce fut long, (mais, je me suis un peu "défoulé" pour donner mon opinion)
Vos commentaires et remarques seront les Bienvenues. (s'il y a lieu)
ou me dire d'arrêter mes "romans fleuve".
Merci d'avance.


Dernière édition par Zim57 le Lun 11 Mai - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
vine
Webmaster
Webmaster


Féminin
Nombre de messages : 1575
Age : 25
Localisation : asia
Humeur : business administratio international.
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Sommes nous si différents ?   Lun 11 Mai - 12:41

mr mr mr

_________________


http://rose.keuf.net/index.htm

vine
Revenir en haut Aller en bas
http://rose.keuf.net/index.htm
Simorg
Admin


Nombre de messages : 7161
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: Sommes nous si différents ?   Lun 11 Mai - 14:43

En effet il y a bien des similitudes!! Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://shouhsinq-14.forumn.org
imsebriden
Admin


Masculin
Nombre de messages : 4216
Age : 34
Localisation : thamurthiw
Date d'inscription : 07/08/2008

MessageSujet: Re: Sommes nous si différents ?   Mar 12 Mai - 3:58

Bonjour à vous tous, et merci beaucoup Zim57 pour cette intro sur l'histoire de la Lalsace . On en appris des choses .

Bonne journée.

_________________


Niw wabrid,daw wabrid lakrariss dabridh.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sommes nous si différents ?   Aujourd'hui à 5:14

Revenir en haut Aller en bas
 
Sommes nous si différents ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Photos de différents sièges RF à l'avant et à l'arrière
» avoir accès aux différents thèmes de discussions...?
» Vos avis sur les différents modèles de vestes de portage
» les différents labels écologiques
» Sommes-nous faits pour travailler ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Gouts :: Cafeteria de Shou-
Sauter vers: