AccueilPortail*GalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fritzl : le procès du père incestueux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
olib
Admin


Féminin
Nombre de messages : 4184
Age : 52
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2008

MessageSujet: Fritzl : le procès du père incestueux   Ven 27 Mar - 15:25

Fritzl : le procès du père incestueux s'ouvre lundi

L'Autrichien Josef Fritzl, 73 ans, a séquestré et violé pendant 24 ans sa propre fille qu'il tenait prisonnière à la cave. Sept enfants de l'inceste y sont nés. Son procès s'ouvre lundi devant la Cour d'assises de Sankt-Pölten.

Ce drame familial, qui s'est déroulé dans la bourgade d'Amstetten, a défrayé la chronique dans le monde entier en avril dernier lorsqu'il fut découvert lors de l'hospitalisation de l'aînée des enfants de l'inceste, une jeune fille de 19 ans qui n'avait jamais vu la lumière du jour, comme deux de ses frères.

Seul l'accusé se rendra au tribunal pendant les cinq jours d'audience prévus et qui devraient se tenir pour l'essentiel à huis-clos. La déposition de la principale victime, Elisabeth, 42 ans, la fille de Fritzl, enregistrée sur vidéo sera, diffusée aux trois juges et huit jurés à l'abri des médias qui ont commencé à envahir Sankt-Pölten pour rendre compte de ce « procès du siècle », dont le verdict est attendu pour le 20 mars.

Josef Fritzl est accusé de meurtre pour avoir refusé qu'un de ses enfants de l'inceste, un nouveau-né jumeau, auquel sa fille a donné naissance en 1996 seule dans son cachot, soit hospitalisé alors qu'il était en danger de mort. Au lendemain de son arrestation le 26 avril 2008, Fritzl avait avoué avoir brûlé le petit corps dans une chaudière mais récuse depuis les accusations de meurtre. Ce chef d'accusation est passible d'une peine de prison entre 10 ans et la perpétuité.

Il devra également répondre des chefs d'accusation d'esclavage, viol, séquestration, menaces aggravées et inceste, des faits pour lesquels il devrait plaider coupable. Le cumul des peines n'est pas prévu par le Code pénal autrichien qui ne retient que la peine la plus lourde.

Le Parquet a encore réclamé l'internement de Fritzl dans un centre psychiatrique et les expertises médicales ont toutes conclu qu'il était pénalement responsable de ses actes.

Un scénario minutieux et diabolique
L'enquête a permis de découvrir au fil des jours un scénario diabolique et minutieux d'une double vie menée pendant 24 ans à l'insu de tous ses proches, en particulier de son épouse. Celle-ci vivait une vie normale à l'étage au-dessus du cachot dans la cave sans fenêtre ni ventilation, dont l'accès était strictement interdit par Fritzl et protégé par des portes blindées verrouillées électroniquement.

Décrit comme un voisin aimable et serviable, Josef Fritzl avait voulu se reconstituer une seconde famille entièrement à sa merci, selon certains experts psychiatres. Il avait eu sept enfants avec sa femme et en a eu sept autres avec sa fille Elisabeth qu'il a séquestrée alors qu'elle avait à peine 18 ans.

Officiellement, Elisabeth avait fugué le 29 août 1984. Quelques semaines plus tard, sous la contrainte de son père, elle écrit une lettre demandant l'arrêt des recherches car elle y précise avoir rejoint une secte.

Au fil des naissances dans le cachot, trois des bébés de l'inceste sont « déposés », à plusieurs années d'intervalle, devant la porte des Fritzl avec, à nouveau des « messages écrits » d'Elisabeth demandant d'en prendre soin, car elle-même ne peut s'occuper de leur éducation.

Il « aimait sa fille à sa manière »
Fritzl « aimait sa fille à sa manière », a expliqué son avocat, Rudolf Mayer, à l'agence de presse autrichienne APA. Il apportait à sa seconde famille de quoi manger et s'habiller, a appris à lire et écrire aux trois enfants séquestrés avec leur mère, des cadeaux à Noël et aux anniversaires. Mais il les a aussi menacés de mourir gazés s'ils tentaient de fuir.

Pour son entourage et les voisins, il bricolait des heures durant dans son atelier souterrain sans que personne ne se soit douté de quelque chose.

Ce n'est que lorsqu'il a accepté à la mi-avril que l'aînée de ses enfants du cachot, âgée de 19 ans, soit hospitalisée, dans le coma, que le drame a été découvert, grâce aux médecins de l'hôpital.

(afp)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
olib
Admin


Féminin
Nombre de messages : 4184
Age : 52
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2008

MessageSujet: Re: Fritzl : le procès du père incestueux   Ven 27 Mar - 15:26



LE SALAUD



LA PAUVRE FILLE

_________________
Revenir en haut Aller en bas
olib
Admin


Féminin
Nombre de messages : 4184
Age : 52
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2008

MessageSujet: Re: Fritzl : le procès du père incestueux   Ven 27 Mar - 15:26

A « procès du siècle », modeste surveillance policière

Les chaînes de télé internationales ont commencé à envahir Sankt-Pölten, bourgade d’ordinaire très paisible à une soixantaine de kilomètres à l’ouest de Vienne. Un procès placé sous une modeste surveillance policière.

Au total, selon les dernières mesures adoptées mardi par la direction policière de la ville, quelque 25 policiers vont assurer la sécurité extérieure du tribunal dont toutes les autres affaires seront suspendues pendant la semaine d’audience prévue.

Le nombre exact de policiers mobilisés pourra toutefois évoluer « selon la tournure quotidienne » que prendront les choses avec l’afflux massif de journalistes et cameramen, a souligné le porte-parole du tribunal, Franz Cutka.

L’accès en voiture à l’imposant immeuble, qui héberge dans l’une de ses ailes la maison d’arrêt où se trouve l’accusé en détention préventive depuis le 27 avril dernier, sera interdit pendant la durée du procès par des barrières de sécurité.

Seuls les 95 journalistes spécialement accrédités pour l’occasion, à raison d’un seul correspondant par média, alors que plus de 200 ont déposé une demande, auront accès à l’intérieur du tribunal après avoir subi les contrôles de sécurité d’usage.

Cependant, seules les premières heures à l’ouverture du procès dans la salle No 119 devraient être publiques, le reste devant se dérouler à huis clos.

Les huit jurés bénéficieront d’une protection particulière et les responsables du tribunal ont refusé de révéler où ils seraient hébergés pendant la durée du procès.

Les journalistes ne verront l’accusé que dans la salle d’audience, où seules les équipes de la télévision publique autrichienne ORF ont été autorisées à filmer. Elles mettront ensuite leurs images à disposition des autres médias. De même, seuls les photographes de l’agence de presse autrichienne APA pourront travailler dans la salle à l’ouverture du procès et devront, eux aussi, partager ensuite leurs clichés avec leurs collègues nationaux et internationaux.

(afp
)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
olib
Admin


Féminin
Nombre de messages : 4184
Age : 52
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2008

MessageSujet: Re: Fritzl : le procès du père incestueux   Ven 27 Mar - 15:27

Pendant 24 ans, Elisabeth Fritzl a vécu recluse et a mis au monde sept enfants dans un cachot sordide, sans fenêtre et au plafond bas. Son père l'avait aménagé dans la cave de son immeuble au 40 de la Ybbsstrasse, à Amstetten. Les rats y avaient aussi élu domicile.
L'infographie des plans de la maison





Lorsqu'Elisabeth est séquestrée en août 1984, le réduit ne fait qu'une vingtaine de mètres carrés, avec un lavabo, un WC et des plaques de cuisson.

Plus tard, au fur et à mesure des naissances des enfants de l'inceste, Josef Fritzl, ancien ingénieur-électricien, jugé à partir du 16 mars à Sankt-Pölten, près de Vienne, y ajoute des pièces pour l'agrandir à une quarantaine de m2.

Le cachot dispose alors d'une salle de douche carrelée en blanc, deux chambres à coucher et une pièce « à vivre », toutes en enfilade, reliées par des boyaux de 60 cm de large.

Aucune fenêtre, pas de système d'aération, les murs suintent et des rats s'y aventurent, qu'Elisabeth chasse à mains nues, comme elle le raconte dans des fragments de journaux intimes tenus pendant sa captivité et rendus public par le quotidien Kurier.

En été, la température, sous le plafond à 1,70 m de hauteur, devient insupportable. Au-dessus, à l'air libre, trois des enfants du cachot, « adoptés » par Josef Fritzl, s'ébrouent dans la piscine, tandis qu'à leur insu leur mère et les autres enfants étouffent dans un espace où la seule distraction est un poste de télévision.

Pour tuer dans l'œuf toute tentative d'évasion, Josef Fritzl avait condamné les locaux par une série de huit portes, dont trois munies de dispositifs de verrouillages électroniques dont lui seul connaissait les codes. Il avait aussi menacé Elisabeth et ses enfants de mourir gazés s'ils tentaient de s'enfuir.

Il « bricolait » la nuit
De nuit, il apportait ravitaillement et vêtements à sa « deuxième famille » retenue prisonnière dans sa cave à laquelle l'accès avait été totalement interdit à ses proches ainsi qu'aux locataires de l'immeuble vivant dans les étages. Il prétextait des heures de bricolage dans son « atelier souterrain » pour expliquer ses absences nocturnes.

Lors de ses vacances à l'étranger, ses victimes devaient vivre sur les réserves.

Les années passées dans ces conditions éprouvantes ont durablement affecté la santé de ses prisonniers. Mais cela a aussi conduit indirectement à leur libération : souffrant d'une grave anémie, la fille aînée, âgée de 19 ans, a dû être hospitalisée ce qui a fait éclater le scandale le 26 avril 2008.

(afp)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
olib
Admin


Féminin
Nombre de messages : 4184
Age : 52
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2008

MessageSujet: Re: Fritzl : le procès du père incestueux   Ven 27 Mar - 15:27

24 ans de séquestration et d’inceste


Chronologie Josef Fritzl a séquestré et violé sa propre fille pendant 24 ans dans la cave de sa maison, dans la petite commune d’Amstetten. L’épilogue de l’affaire commence lundi, en assises.

28 AOÛT 1984 : Josef et Rosemarie Fritzl déclarent la disparition de leur fille Elisabeth, âgée alors de 18 ans. Elle aurait rejoint une secte. En réalité Josef l’a séquestrée dans la cave de la maison familiale où il la viole régulièrement.

19 MAI 1993 : un bébé de 9 mois est déposé devant la maison des Fritzl avec une lettre signée d’Elisabeth qui explique qu’elle ne peut s’en occuper ayant déjà deux autres enfants. Les Fritzl adoptent cette petite fille.

15 DÉCEMBRE 1994 : une autre fillette de 10 mois est « déposée » chez les Fritzl qui demandent officiellement la garde de l’enfant.

3 AOÛT 1997 : un bambin de 15 mois est abandonné devant la maison des Fritzl qui en obtiennent également la garde comme pour les deux autres bébés.

AVRIL 2008

– 19 : une jeune fille de 19 ans, dans le coma, fortement amaigrie et atteinte d’un mal mystérieux, est hospitalisée à Amstetten.

– 21 : les médecins font diffuser un appel pour que la mère se manifeste afin de pouvoir mieux identifier l’affection dont souffre l’adolescente.

– 25 : sa mère, Elisabeth Fritzl, 42 ans, enfermée et violée depuis 24 ans dans la cave par son propre père, prend connaissance à la télévision de l’appel. Elle persuade son père d’accepter qu’elle se rende à l’hôpital et que ses deux autres enfants (18 et 5 ans) séquestrés avec elle, soient confiés, le temps de son absence, à sa mère habitant à l’étage de la maison.

Fritzl fait croire à son épouse qu’Elisabeth, leur fille disparue en 1984, a refait surface et demande l’hospitalité avec ses enfants.

– 26 : à l’hôpital, Elisabeth dévoile l’incroyable vérité aux médecins. Josef Fritzl est interpellé puis placé en garde à vue par la police, Elisabeth et ses enfants sont conduits à la clinique psychiatrique d’Amstetten où ils seront soignés pendant plusieurs mois à l’abri des médias.

– 27 : l’affaire est rendue publique par la radio-télévision régionale. Josef Fritzl accepte de révéler le code du verrouillage électronique de la porte en béton armé à l’entrée de la geôle souterraine qu’il a construite. Les enquêteurs découvrent un réduit de plusieurs pièces d’une surface totale de 40 m2 et dont la hauteur sous plafond n’excède pas 1,70 m.

– 28 : Josef Fritzl livre des aveux complets, y compris la crémation du corps d’un bébé de l’inceste décédé peu après la naissance. Il est transféré à la maison d’arrêt de Sankt-Pölten. Les enquêteurs jugent le cas résolu dans ses grandes lignes et écartent une complicité de l’épouse de Fritzl.

– 29 : Josef est placé en détention provisoire. Les expertises ADN confirment sa paternité. Les habitants d’Amstetten organisent une veillée de solidarité avec les victimes.

JUIN 2008 : l’adolescente, fille aînée de l’inceste, peut quitter l’hôpital et rejoindre sa mère et ses frères et sœurs ainsi que sa grand-mère logés dans un pavillon de la clinique psychiatrique d’Amstetten.

13 NOVEMBRE 2008 : le Parquet de Sankt-Pölten accuse formellement Josef Fritzl du meurtre de l’un des enfants qu’il a eus avec sa fille, ainsi que de viol, esclavage, séquestration et inceste.

29 DÉCEMBRE 2008 : Elisabeth et ses enfants quittent la clinique psychiatrique.

22 JANVIER 2009 : la date du procès est fixée au 16 mars.

(afp)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
olib
Admin


Féminin
Nombre de messages : 4184
Age : 52
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2008

MessageSujet: Re: Fritzl : le procès du père incestueux   Ven 27 Mar - 15:27

Un père incestueux mais un voisin aimable

Portrait Josef Fritzl, jugé pour meurtre, esclavage et séquestration, avait réussi à berner son entourage immédiat. Celui-ci ignorait tout de sa double vie diabolique.

Alors que ses voisins dans la Ybbsstrasse, où s’est déroulé le drame, l’ont décrit comme un homme aimable, poli, compagnon de tablée apprécié mais certes autoritaire dans sa famille, le « brave grand-père », au regard bleu acier sous des sourcils proéminents, peaufinait en réalité depuis 1978 un scénario très sophistiqué.

Selon l’enquête, il avait commencé l’aménagement de la cave alors que sa fille Elisabeth n’avait que 12 ans et qu’il avait, semble-t-il, commencé à abuser d’elle. En août 1984, elle a 18 ans lorsque son père l’y incarcère tout en faisant croire à son épouse Rosemarie et aux autorités que leur fille a rejoint une secte. Pour preuve, il avait fait écrire à Elisabeth une lettre en ce sens et demandant d’arrêter les recherches, adressée à ses parents.

« Il voulait se constituer une seconde famille qu’il était sûr de pouvoir garder pour lui », a expliqué son avocat, Rudolf Mayer.

Rosemarie, sa première femme, avait tout juste 17 ans quand il l’a épousée en 1956. Autre similitude étonnante, il a eu également sept enfants avec elle et des jumeaux en 5e et 6e position comme avec Elisabeth.

Sous prétexte de travailler à des projets électroniques dans son atelier souterrain -- il a une formation d’ingénieur-électricien -- Fritzl avait strictement interdit l’accès à la cave où il passait parfois des nuits entières, selon des membres de sa famille qui ont tous dit ignorer sa double vie.

Elevé par sa mère célibataire dans une famille autoritaire et pro-nazie, Josef Fritzl a « surcompensé l’absence de son propre père en développant une personnalité de patriarche hyper-puissant », selon le psychiatre Reinhard Haller.

Selon son avocat, interrogé par l’agence de presse autrichienne APA, Fritzl « savait qu’il ne pouvait obtenir que par la force et la contrainte que des gens l’aiment ». Et d’ajouter : « Il a aimé Elisabeth à sa manière ».

La jeune femme a subi un calvaire inimaginable dans un réduit d’une quarantaine de m2, sans fenêtre ni ventilation, isolé par plusieurs portes blindées et verrouillées électroniquement. Violée régulièrement, elle y a donné naissance, seule, à sept enfants dont l’un, un jumeau, n’a survécu que quelques heures après l’accouchement, souffrant de graves problèmes respiratoires.

Au lendemain de son arrestation le 26 avril 2008, Fritzl reconnaît les faits, avoue même avoir brûlé le corps du bébé dans une chaudière. Mais il récuse l’accusation d’homicide par non-assistance, passible de la prison à vie.

Il s’attend toutefois à passer le reste de sa vie « derrière les barreaux », selon Me Mayer, qui considère que son client n’est pas un « monstre sexuel », qualificatif utilisé par les tabloïds.

« Car un monstre sexuel ne sort pas ses enfants malades de la cave pour les intégrer dans sa propre famille », allusion à l’adoption de trois des enfants de l’inceste par Fritzl et son épouse et qui vivaient une vie normale à l’étage au-dessus de la cave. Il avait fait rédiger des lettres par Elisabeth demandant que les « grands-parents » prennent en charge ces bébés déposés à plusieurs années d’intervalle devant leur porte.

« Un monstre sexuel, toujours d’après l’avocat, ne fait pas non plus hospitaliser sa fille aînée lorsqu’elle est gravement malade et accepte que sa mère l’accompagne en sachant que cela va lever le voile sur son secret ».

En effet, l’affaire a éclaté lors de l’hospitalisation de sa fille de 19 ans, alors qu’elle était dans le coma et fortement anémiée.

« Un monstre leur aurait coupé la gorge ou les aurait tués par balles, aurait enseveli tout le monde et aurait vécu une retraite paisible », selon Me Mayer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
olib
Admin


Féminin
Nombre de messages : 4184
Age : 52
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2008

MessageSujet: Re: Fritzl : le procès du père incestueux   Ven 27 Mar - 15:28

Procès Fritzl: le père incestueux confronté au témoignage de sa fille

Le procès du père incestueux autrichien Josef Fritzl est entré mardi dans sa deuxième journée à Sankt-Pölten, journée qui sera essentiellement consacrée à la poursuite de la diffusion à huis clos du témoignage vidéo de sa fille Elisabeth, séquestrée et violée pendant 24 ans dans une cave-cachot.


Les trois juges, l'avocat de l'accusé, Rudolf Mayer, et ceux des victimes ainsi que les huit jurés sont arrivés peu avant O9H00 au tribunal, sous une forte protection policière. Josef Fritzl, qui a plaidé coupable d'inceste, de viols et séquestration mais a récusé les chefs d'accusation de meurtre et esclavage lors de l'ouverture lundi du procès, sera à nouveau confronté au témoignage de sa fille dans des extraits de sa déposition filmée de 11 heures. Ce visionnage, dans lequel la victime retrace "le martyre inimaginable" infligé par son père qui se servait d'elle "comme d'un jouet", selon les termes de la Procureure, Christine Burkheiser, devrait s'achever mercredi ou jeudi. Le verdict est attendu jeudi ou vendredi. (GFR)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
olib
Admin


Féminin
Nombre de messages : 4184
Age : 52
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2008

MessageSujet: Re: Fritzl : le procès du père incestueux   Ven 27 Mar - 15:29

au dernieres nouvelles, il a refuse la defense de son avocat et a ete condamne a perpetuite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fritzl : le procès du père incestueux   Aujourd'hui à 11:09

Revenir en haut Aller en bas
 
Fritzl : le procès du père incestueux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petite lettre au père noël
» 1 blague par jour du Père Noël ^^
» Le secrétariat du Père Noël est ouvert !!!!!!
» Décès du père de notre collègue ATTIOUI à DTM
» Procès suite au blocage du train de déchets nucléaires italiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Gouts :: Cafeteria de Shou-
Sauter vers: